Canon EOS R5: Prise En Main – RAW vs CRAW

Comme tu le sais, tous les DLSR et hybrides équivalents nous offrent le choix entre plusieurs formats natifs pour prendre nos photos. Certes, on a le RAW classique et le JPEG. Ensuite en fonction des appareils qu’on utilise, on a la possibilité de choisir d’obtenir un fichier de plus ou moins haute qualité, aussi bien pour le RAW que pour le JPEG. Ceci dit, aussi bien pour l’un que pour l’autre, la différence de qualité signifie une différence de résolution. Par exemple pour le Canon 5DIV, on a trois options pour le RAW allant de 6720×4480 pixels pour la plus haute qualité a 3360×2240 pixels pour la plus basse soit en gros une perte de résolution par 2. Pour le JPEG c’est même pire puisque la plus basse qualité a une résolution de 640×480 soit une résolution presque diviser par 10.
Mais ceci change avec le R5 et d’autres modèles de la série R de chez Canon. En effet, pour le R5 on a le choix entre 2 options pour le RAW, le classique qui fait 45mp et le RAW compressé (CRAW) qui fait également 45mp. He oui, les 2 formats offrent la même résolution, mais pour une même photo, si le fichier RAW classique pèse 48Mo et fichier CRAW quand a lui ne fait que 24Mo. En ce qui concerne les options pour le JPEG, elles sont du même acabit que pour les autres DSLR dans le sens ou la résolution diminue avec le niveau de qualité. Mais revenons au RAW.
Donc comme je disait, on a 2 options le RAW classique et le RAW compressé, tous les deux ayant la même résolution de 45mp mais le CRAW fait moins de la moitie de la taille du RAW classique.
Dans le passé j’ai évoqué des formats qui offrent la compression, tel que le DNG. Le DNG comme le TIFF offre la possibilité de compresser les données avec ou sans perte. C’est d’ailleurs ce qui fait la force de ces formats. Cela dit, la compression du RAW compresse quant à elle, est obtenue avec perte. Alors je sais bien que des qu’on dit ça, on a tendance a monté sur nos grands chevaux et à dénigrer cette option immédiatement sans se donner la peine de la tester. Et c’est évident, après tout, si on shoot au format RAW c’est pour obtenir un négatif numérique, un fichier qui contrairement au JPEG va nous permettre de pousser dans les extrêmes les curseurs de notre outil de développement favori, et ceci sans trop de problèmes. À noter que ceci ne veut pas pour autant dire que le résultat sera visuellement plaisant, mais bon ça c’est une autre débat.
Mais en anglais on a une expression “don’t knock it until you try it” ce qui signifie, “ne dis pas que tu n’aimes pas alors que tu n’as même pas gouté”. Donc, j’ai décidé de gouter et on va voir ensemble ce que j’ai obtenu. 

Reçois-tu la newsletter?

Ne rate pas le prochain tutoriel, offre de stage et autres bonnes choses!

Elle est enfin arrivée!