De la Capture au Développement avec le Canon R5 avec son Focus Bracketing au Pied d’une Chute d’Eau Ecossaise

Découvrir de nouveaux lieux à photographier représente une très intéressante partie de mon travail et une fois de plus, je t’amène avec moi. Pour cette expédition nous nous rendons au pied d’une chute d’eau chute d’eau près d’Edimbourg en Ecosse.

Je profite de l’occasion pour te presenter une nouvelle fonctionnalité que l’on trouve dans les Canon EOS R5 Canon EOS R5 et R6: le Focus Bracketing.

Dans le passé nous avons abordé le Focus Stacking, le procédé qui consiste à empiler plusieurs exposition aux mises au point différentes.

Le Focus Stacking est le procédé qui consiste a capturer ces expositions. Les Canon EOS R5 et R6 permettent de capturer automatiquement toutes les expositions nécessaires sur toute la plage de mise au point.

Dans cet épisode je te montre un scenario où le Focus Stacking Focus Stacking peut s’avéré interessant. 

Le coût de la Profondeur de Champ

On sait qu’un des facteurs qui régit la Profondeur de Champ est l’Ouverture du Diaphragme. Plus on souhaite augmenter la PDC, plus on doit fermer le diaphragme. Le challenge est que dans certains cas, comme pour photographier un sujet en mouvement, le facteur du Temps d’Exposition Temps d’Exposition a aussi ses propres prérogatives afin d’obtenir le rendu visuel que l’on souhaite. Si en plus on souhaite photographier une chute d’eau, on préfère s’y prendre lors d’une journée nuageuse ce qui signifi que l’on a pa une abondance de lumière. Ceci fini par se coûter en ISO ISO. Qui dit monter des iso, dit forcément augmentation du bruit. Même s’il existe de très bons outils pour traiter le bruit très bons outils pour traiter le bruit dans nos photos, il faut toujours essayé de le limiter dès la prise de vue. Voici une scène typique où la quête du gel du mouvement de l’eau se paye en qualité de l’image:

Le Focus Bracketing du Canon R5

Copie d’écran des paramètres du Focus Bracketing du Canon R5

Voici les photos obtenues grâce au Focus Bracketing du Canon R5 avec un exposition de f2 1/160s ISO500 

Voici les photos obtenues grâce au Focus Bracketing du Canon R5 avec un exposition de f2 1/320s ISO1000 

Les photos une fois empilées dans Photoshop

7 Photos empilées f2 1/160 ISO500
7 Photos empilées f2 1/320 ISO1000

La photo finale

Certes, j’ai profité de cette expédition photographique pour te présenter la fonctionnalité du Focus Bracketing du Canon R5 mais au final, je dois avouer que je préfère un temps d’exposition plus long pour cette scène. Voici la photo que j’ai décidé de garder, de traiter et bien sure d’imprimer: 

La Revue Photo - Octobre 2020
De la Capture au Développement: La Chute d'Eau qui Cachait la Rivière Ecossaise

Articles similaires

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Tom,
    Je viens de lire ta réponse sur YT. Je pense qu’un jour Canon publiera un tableau de correspondance de la distance entre chaque pas en fonction de la focale, au moins pour la macro. Imagine la difficulté de réaliser des abaques en fonction du pas, des focales et des ouvertures. 
    Lors du dernier confinement, je l’ai fait, ce tableau que j’ai publié dans le forum Macro. Mais il n’est valable que pour certains pas et focales pour le seul 105mm f2,8. Depuis, Nikon en a sorti un (difficile à trouver) pour les 60 et 105mm mais toujours pour la macro.
    Maintenant que tu as fait 11 vues à 28mm f/2 pour un pas de 5, tu n’auras pas plus besoin de programmer 500 photos 😉 .
    Mais il faut faire attention au pas choisi en fonction de la focale et de l’ouverture. Le 16 mais dernier, Bruno @coteviso a publié une photo prise au 105mm avec un pas de 10 sur un Z6 et on voit clairement une alternance entre zone nette et zone flou.
    Ensuite pour l’ordre des différentes vues que tu as inversé dans Photoshop, la règle pour les logiciels de stacking est de commencer toujours pas le cliché le plus proche jusqu’au plus éloigné. Mais là s’arrête ma connaissance et Patrice @rollingman  devrait certainement nous expliquer la raison de ce fonctionnement (désolé Patrice de te déranger 🙂 ).

    1. Merci Philippe pour le complement d’information. C’est interessant de voir que Nikon a publié quelque chose a ce sujet. Merci pour ta contribution sur le forum.

    2. Salut @philarrakis @tmigot et aux intéressés !

      Pjhil, tu ne me déranges pas… Et au moins, tu me fais sortir de ma tanière lol

      La question de la sensibilité à un empilement du “Début vers la fin” ou “Dans le désordre” dépend surtout de l’algorithme de stacking utilisé. 

      Certains algorithmes s’en sortent clairement pas très bien si la pile est dans le désordre. C’est sans conteste le cas pour l’algorithme DMap, utilisé par ZereneStacker par exemple. 

      En revanche, même si subjectivement je préfère l’ordre chronologique, objectivement, “Du début vers la fin” ou “De la fin vers le début”, c’est pareil du point de vue de la qualité finale. 

      Certains logiciels ont d’ailleurs un réglage pour réordonner la pile… Si tu préfères d’arrière en avant. 

      L’importance de la réalisation dans un ordre (Début -> Fin ou Fin -> Début) est due au processus d’alignement : Lorsque les fichiers de la pile sont pris aléatoirement, l’alignement n’est plus aussi précis et diffère légèrement d’un alignement issue d’une progression dans l’ordre. Il y a des petits “écarts”.

      (Aller pour être exhaustif on va dire que normalement, on choisit d’empiler du champ le plus étroit vers nous en allant vers le champ de vision le plus large à la fin. Ça peut dans certaines photos mener à avoir moins de ces “curiosités” sur les bords de l’image, et un alignement optimal).

      À partir d’un certain nombre de ces “erreurs”, on finit par obtenir dans l’image résultante, ce que l’on appelle des “échos”. Ces artefacts font que tu perds en définition, netteté, etc, tout ce qui fait le côté piqué et contrasté des détails propres au stacking. C’est donc contre-productif. 

      Voilà, j’espère que c’est la réponse que tu attendais lol

      À plus tard 🙂

  2. Bonjour Tom,
    Un grand merci de nous emmener virtuellement en stage. Je trouve tes vidéos très réussies et instructives.
    Seul ombre au tableau, la frustration de ne pouvoir prendre de photos !
    Bien amicalement

    1. Merci Patrick pour ton gentil commentaire. Ne t’en fait pas ce n’est que partie remise. En attendant qui a dit que le virtuel n’était pas reel 😉

Reçois-tu la newsletter?

Ne rate pas le prochain tutoriel, offre de stage et autres bonnes choses!