Raw Jpeg Tiff: Quelle(s) différence(s)?

raw vs jpeg vs tiff

C’est l’un de ces épisodes que je voulais faire depuis longtemps avant ce blog n’ait jamais existé.

La photographie est un art passionant qui amène les gens à découvrir de nouveaux horizons et à débatre souvent avec virulence sur de nombreux sujets tels que: quel fabricant d’appareil photo est le mieux entre Canon et Nikon?

Le format en sortie produit par les appareils numériques a eu sans aucun doute sa juste part de discussion sur la blogosphère. Alors, pourquoi ai-je pris la peine de faire une vidéo et un article blog sur ce sujet déja bien couvert?. Eh bien, j’ai souvent lu et entendu les gens commençant leur argumentation en disant que le RAW est le format que l’on se doit d’utiliser, mais sans vraiment donner beaucoup de précision sur le pourquoi du comment et je donc essayé d’y remédier ici.

Comment fonctionne un appareil photo numérique?

Les puits à photons

Votre capteur est responsable de la conversion de l’information optique (information provenant de la lumière à travers les éléments en verre) en une information numérique qui peut être rendu sous la forme d’une image. Cela fonctionne en recueillant les photoélectrons à partir des photons lumineux qui entrent en collision avec la surface capteur photovoltaïque.

Ce qui rend la surface du capteur sensible à la lumière est assez complexe, mais pour des raisons de compréhension, vous pouvez l’imaginer comme un champ avec des millions de puits dont le seul but est de capter les photons (information de la lumière).

Le nombre de ces puits à photons dépend de la taille du capteur et dans la plupart des appareils photo numériques, vous aurez 1 Photon par pixel. Tous les puits ont la même profondeur et donc leur capacité  est limitée. Cependant un autre aspect important est la largeur du puit; plus il est large, plus d’information est capturée. Il est intéressant de savoir que si vous prenez deux capteurs de la même taille physique, mais où on a 18MB et l’autre a 12 Mo, le second capteur sera probablement produire une meilleure image avec un ISO élevé (nous verrons cela plus bas ci-dessous).

La norme ISO

Nous avons déjà couvert l’ISO, mais on a surtout mis l’accent sur son rôle dans le Triangle d’Exposition.

J’avais même écrit: “Chaque fois que vous augmentez la valeur ISO de 1 arrêt, vous augmentez la sensibilité du capteur de l’appareil de sorte qu’il saisit deux fois plus d’informations à partir de la lumière.” Toutefois, ce n’est pas tout à fait exacte. L’ISO n’augmente pas la sensibilité du capteur, mais plutôt joue comme un amplificateur.

Une fois que le temps d’exposition est fini, les puits à Photon ont été remplis, mais afin de lire le contenu des puits, le capteur a besoin de l’amplifier et c’est ce que fait l’ISO.

Petite analogie: Imaginez un puit de 10 m de profondeur avec une pompe qui est à 3m en dessous du niveau du sol seulement. A moins d’avoir au minimum 7m de d’eau, votre pompe n’aspirera rien. L’ISO est là pour amplifier la quantité d’informations afin de la rendre exploitable.

Pour en revenir à ce que nous avons vu ci-dessus lorsque les puits à Photon sont moins nombreux, mais plus large, il y a plus d’information collectée, donc on n’a pas besoin de l’amplifier autant pour le rendre lisible . Par conséquent, des capteurs, de la taille physique équivalente avec des puits moins nombreux, mais plus larges, offriront un meilleur résultat avec un ISO élevé.

RAW

Raw ou RAW n’est pas un acronyme. Il fait référence seulement aux données brutes (données NEF pour Nikon et CR2 pour Canon) qui ont été produites par le capteur et lues à partir de la puits à photon (une fois que le réglage ISO a été appliquée). Il est tout à fait semblable au négatif dans la photographie traditionelle (film). Tout appareil photo numérique produit des données brutes, même si seulement les DSLR et quelques compacts (Point & Shoot) offrent ce format en sortie. Le fichier RAW (NEF ou CR2) peut être ouvert par certains outils de post-production comme ceux de base qui sont vendus avec votre appareil photo ou plus avancé comme Adobe Photoshop Camera RAW ou Adobe Lightroom.

Pixels

J’ai souvent dit que la photographie est l’art de capturer la lumière et, dernièrement, nous avons même vu que la lumière est colorée (voir la balance des blancs). Nous savons que les millions de couleurs que vous pouvez réaliser avec votre appareil photo numérique sont basés sur des combinaisons de 3 canaux: Rouge, Vert et Bleu.

Votre capteur est fait de millions de pixels (ex. Le Canon 60D a 17915904 pixels disposés en 5184×3456). Bien que le rôle des pixels soit d’absorber l’information la lumière (couleurs), individuellement, chaque pixel répond à un canal spécifique: ce qui signifie que certains pixels vont réagir à l’information Rouge seulement, d’autres à Blue exclusivement et le reste au vert. C’est le capteur Bayer qui est le capteur le plus commun dans les appareils photo numériques d’aujourd’hui.

Note: Comme notre œil est plus réceptif aux variations Vert, le nombre de pixel vert est plus important que celui de rouge ou de bleu.

Raw traitement de données

Une fois que les données brutes sont produites, elles doivent être traitées pour obtenir l’information de couleur du pixel, ce qui est connu sous le nom de l’interpolation de Bayer. Une fois les couleurs ont été définies, l’image prend forme, mais d’autres paramètres doivent être appliqués tels que le La balance des blancs, le contraste, la netteté, la saturation … Ces paramètres sont généralement définis dans les menus de l’appareil.

Compression JPEG

A ce stade, l’image est effectuée et l’appareil a besoin de générer un fichier de sortie qui sera, stockable et lisible par la plupart des programmes fonctionnant sur les téléphones, les ordinateurs ou même directement pris en charge par les imprimantes modernes. JPEG est un acronyme: Joint Photographic Expert Group et c’est un format de compression avec perte pour l’image numérique. Le niveau de compression est ajustable.

Cependant, il est un fait important à savoir: chaque fois que vous ouvrez une image JPEG dans un logiciel, l’éditer, puis enregistrez le résultat, la compression avec perte a lieu qui vous conduira à une perte de qualité inévitable.

TIFF

Format Tagged Image File est un format sans perte pour l’image numérique qui est très apprécié par l’industrie d’édition et de photographie. Il a été inventé par Aldus, socièté acquise par Adobe qui détient depuis 2009 le droit d’auteur et son cahier des charges. La chose étonnante au sujet du TIFF c’est que l’on peut le compresser (8 bits ou 16 bits), sans perdre de données contrairement au JPEG. Pour comprendre la façon dont il fonctionne, imaginez les données comme des collections de tableaux et de la définition de la matrice prend moins d’espace que son contenu.

Certains appareils compactes vous permettent de choisir TIFF comme format de sortie.

Voici le flux de travail de création de l’image

Le flux de création d'une image dans un appareil numérique
Le flux de création d’une image dans un appareil numérique

Pourquoi les photographes sérieux louent RAW sur JPEG?

Comme vous pouvez le voir dans le diagramme ci-dessus, le fichier RAW est généré dès que l’information de la lumière a été convertie en données. Ces données ne sont pas encore une image et elles doivent être interprétées par un programme pour générer une image visuelle, que ce soit dans l’appareil ou dans un logiciel de post-production. Les fabricants d’appareils photo fournissent leurs spécifications RAW aux éditeurs de logiciels afin qu’ils puissent produire des interprètes appropriée. Il est important de reconnaître que la spécification des données Raw est améliorée tout le temps et de même pour les interprètes, donc si vous prenez un RAW d’il y a 5 ans et vous comparer l’image résultante avec un logiciel d’aujourd’hui, vous allez sûrement voir une amélioration massive dans l’interprétation des données et ce qui peut être fait avec ces dernières. Par conséquent, je préfère compter sur le logiciel pour générer l’image finale que l’appareil photo lui-même.

Une fois que la lecture d’ISO est effectuer et les données RAW sont générées, sans interpolation, (aucune analyse d’image n’a encore été effectuée) vous avez la plus grande liberté pour définir en post-production la balance des blancs, le contraste, la saturation, la netteté et de nombreuses autres modifications .

La génération de JPEG se déroule après tous ces altérations. Sans passer par tous les paramètres, vous pouvez facilement comprendre que lorsque vous réglez votre balance des blancs ou la saturation (augmentation de l’intensité de la couleur dans l’image) vous écrasez les données et la génération d’un fichier JPEG vous fournira, après cette étape (quelque soit le niveau de compression choisi), un fichier avec beaucoup moins de données que le fichier RAW initial.

Quand vous éditez une image JPEG en post-production c’est comme si vous alliez à un labo photo et vous donniez une image imprimée et demandez à ce qu’on la retouche (modifier l’exposition, modifier la saturation des couleurs, le ton de la peau, etc.). Le technicien de l’atelier peut encore faire quelques altérations, mais elles sont néanmoins plus limitées que si vous aviez fourni le négatif.

Dans les épisodes précédents, nous avons vu la différence entre une exposition correcte et une exposition correcte creative. La principale différence est le mot “Creative” qui signifie que votre Photographie résultante doit apporter une certaine valeur artistique par son contenu, bien sûr, mais aussi par sa composition, comment le sujet est mis en valeur. La Post-production fait partie de ce processus et nous allons voir dans les prochains épisodes ce que l’on peut attendre des outils de post-production.

Si RAW est synonyme de liberté, pourquoi la plupart des appareils photos se limitent qu’au format JPEG?

La réponse est simple: on ne peut pas regarder un fichier Raw car il est pas encore une image. Le JPEG est une image, qui peut être partagée instantanément avec tous par téléphone, carte mémoire, Internet et consultée ou même imprimée tout imédiatement aprè être reçue.
La taille du fichier est plutôt petite de quelques kilo-octets à moins de 10 Mo dans la plupart des cas, en fonction de sa compression, alors qu’un fichier RAW est généralement autour de 24 Mo et surtout en fonction de la taille du capteur et de son nombre de pixels. Cela signifie que sur la même carte SD ou d’autres supports de mémoire, on sera en mesure de stocker en moyenne près de 1 fois et demie plus de JPEG que de fichiers RAW. Ainsi, bien que le prix du support de stockage est de moins en moins cher, il représente toujours un coût et croyez-moi cela devient encore plus vrai quand on regarde le stockage sur l’ordinateur.
Tous ces points rendent le JPEG, le format le plus convivial des consommateurs.

Remarque 1

Les appareils photo qui produisent le fichier Raw en format de sortie, vous offrent souvent la liberté de produire Raw et JPEG en même temps, vous donnant 2 fichiers de sortie. On pourrait dire que cela fourni le meilleur des deux mondes, le format prêt-à-manger et le format de post-production. En ce qui me concerne, je ne prends des photos au format JPEG que quand il s’agit d’image pour ce blog ou quand cela m’est demande dans un contrat pour un évènement sportif,  ou aucune modification ne sera apportée après coup.

Remarque 2

Quoi penser du fichier TIFF alors? Eh bien TIFF qui a été produite par l’appareil photo contient les choix de réglage qui ont été appliqués après l’interpolation de Bayer de sorte que le fichier ne contient pas toutes les informations Raw.

La Balance des Blancs
Outil de Post production - Adobe Lightroom

Articles similaires

Responses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reçois-tu la newsletter?

Ne rate pas le prochain tutoriel, offre de stage et autres bonnes choses!